• Syrphe Helophilus pendulus, (l'hélophile suspendu)Ce mois de juillet 2013, lors d'une balade sur les chemins des Plaines de Laschamps (927m Puy deDôme)

     

    Cliquez sur les images pour les agrandir

     

     

     

    Syrphe Helophilus pendulus, (l'hélophile suspendu)Helophilus pendulus, l'hélophile suspendu, est un insecte diptère de la famille des syrphes, aux couleurs contrastées, mesurant 10 à 15 mm et se rencontrant habituellement l'été butinant sur les fleurs. Wikipédia

     

     

     

     

     

    Syrphe Helophilus pendulus, (l'hélophile suspendu)Il ressemble à une guêpe, mais c'est du bluff. C'est juste pour intimider les prédateurs! Question de survie... Il est parfaitement inoffensif.

     

     

     

    Syrphe Helophilus pendulus, (l'hélophile suspendu)

     

    Ce syrphe est parfois appelé «The footballer» par le Anglais en raison de son thorax rayé. Il y a en fait plusieurs espèces avec des rayures similaires qui sont difficiles à distinguer. Un autre nom est «Le Sunfly» en raison de sa préférence pour les journées ensoleillées. Dans cette espèce, le noir sur le tibia postérieur est limité au tiers distal et le milieu du tibia est tout jaune. (Traduit de l'anglais: Référence)

    Syrphe Helophilus pendulus, (l'hélophile suspendu)

     

    Le mâle comme la femelle a les yeux écartés. Le mâle, par une bande jaune, la femelle par une bande noire.

    Ici on a donc affaire à un mâle si je ne me trompe...

     

     

    On le trouve autour de flaques de boue, les fossés humides et les étangs, mais aussi dans les situations les plus ensoleillées au bord des routes, les bordures de champs, etc

    Cliquez sur les images pour les voir en pleine page.

    Matériel utilisé:

    Canon EOS 7D + Canon EF 100mm f/2.8L macro IS USM + Flash Sigma EM-140 DG

     

     


    19 commentaires
  • Nuages sur le Puy-de-Dôme

    Mer de nuages au dessus de la Chaîne des Puys en Auvergne.

    Image prise d'un pré du côté d'Allagnat.

    Matériel utilisé:

    Canon eos 7D + Obectif EF24-70 f/2.8L USM

    (Panoramique de 7 photos verticales)

     


    15 commentaires
  • Un soir du début juillet 2013 lors d'une promenade romantique avec ma Princesse à qui je dédie cet article.

     

     

     Cliquez sur les images pour les agrandir pleine page.

    Crépuscule sur le lac de Servière

     

    Le Lac de Servières est un lac français d’origine volcanique situé dans la chaîne des Monts Dore dans le Massif central, plus précisément dans la région Auvergne, dans le département du Puy-de-Dôme

     

     

    Crépuscule sur le lac de ServièreSitué sur la commune d'Orcival, à une altitude de 1 202 m, il s’est formé dans le cratère d’un ancien volcan, c’est ce que l’on appelle un maar. En remontant via les fractures du sol terrestre, le magma rencontre une nappe phréatique. La vaporisation immédiate de l'eau provoque une pression intense qui produit une forte explosion et donne une éruption phréato-magmatique. Le cratère est ensuite rempli d'eau.

     

    Crépuscule sur le lac de ServièreLe lac de Servières est moins profond (26 m) et beaucoup plus petit que le principal maar de la région, le lac Pavin, puisqu'il ne fait que 15 hectares au lieu de 44 pour le lac Pavin.

    Comme la plupart des lacs de cratère, sa forme est quasi circulaire. Il est entouré de parois abruptes au sud, vers la montagne de Combe Perret, alors qu'à l'est, ses eaux affleurent le bord du cratère d'où s'échappe la Sioule, affluent de l'Allier.

     

    Crépuscule sur le lac de ServièreIl est en grande partie entouré de forêts de mélèzes et sapins, où l'on trouve en été des myrtilles, et des framboises sauvages. On peut y pêcher la truite et l'omble chevalier, la pêche à la mouche y est productive.

     

     

    Crépuscule sur le lac de ServièreSur les estives qui le bordent, de mystérieux trous sont alignés. Ce sont des vestiges d'habitations, les tras (ancienne appellation des burons). Il s'agit d'anciennes cabanes de bergers (des burons temporaires d’estive) couvertes de toitures végétales, utilisées du XIIIe au XIXe siècle.

    Le site est particulièrement bien préservé au vu des nombreuses espèces végétales présentes et de la qualité de l'eau.

    Deux sentiers de Grande Randonnée s'y croisent : le GR 30 et le GR 44. (Wikipédia)


    19 commentaires
  • Larve "onisciforme" de Silphidae

     Sur un chemin des plaines de Laschamps (967m Puy-de-Dôme) se baladait ce curieux insecte.

    Il ressemble à un mille-pattes ou cloporte...

     

     

     

     

    Définition onisciforme
    Se dit des larves de certains Coléoptères, en forme de cloportes, avec un bouclier dorsal qui cache en partie les pattes et la tête. (Référence)

     

     Cliquer sur les images pour les agrandir

     

    Larve "onisciforme" de Silphidae

     

     

     

    Il s'agit en fait d'une larve de coléoptère Silphidae

    Il n'a en réalité que trois paires de pattes situées à l'avant de son corps.

     

     

    Diagnose d’une famille de fossoyeurs:
    les Silphidae

    Larve "onisciforme" de SilphidaeLes Silphidae sont des Coléoptères utiles des écosystèmes forestier et agricole.
    En effet, ils interviennent dans les cycles du carbone et de l’azote en se nourrissant des cadavres. Ils participent ainsi, avec les micro-organismes et les champignons, à la transformation des matières inertes mortes en matières humiques. Si la plupart des espèces sont nécrophages, quelques unes sont de redoutables prédateurs d’escargots ou sont phytophages.

     

    Larve "onisciforme" de SilphidaeLarve "onisciforme" de SilphidaePeu précise et incomplète, la clé de détermination actuelle a été remise à jour dans cet article. En Europe occidentale, les Silphidae sont classés dans trois sous-familles : les Nicrophorinae avec 8 espèces, les Silphinae avec 13 espèces et les Agyrtinae avec 4 espèces. Même siles mœurs restent semblables, quelques détails éthologiques et morphologiques permettent de distinguer aisément les représentants des trois sous-familles. Les Agyrtinae, très peu connus, ont été décrits dans cette nouvelle clé de détermination (Référence)

     

    Larve "onisciforme" de Silphidae

    Voir ici à quoi ressemble un insecte adulte

    Cliquez: (Imago)

     

    Matériel utilisé:


    Canon EOS 7D + Canon EF 100mm f/2.8L macro IS USM + Flash Sigma EM-140 DG

    Canon EOS 7D + Canon MP-E 65mm f/2.8 Macro 1-5x + Flash Canon  MT-24EX

     

     

     


    10 commentaires
  •  zygène de l'orobe (zygaena osterodensis) Nous sommes au début du mois de Juillet 2013.

    Dans les plaines de Laschamps (Puy-de-Dôme)

    Les papillons Zygènes butinent les fleurs de Scabieuses avec délice.

     

     zygène de l'orobe (zygaena osterodensis) Cliquez sur les images pour les agrandir.

     zygène de l'orobe (zygaena osterodensis)

     

     zygène de l'orobe (zygaena osterodensis)

    On rencontre ce petit papillon (12 à 15mm) dans les plaines d'altitude

    (Ici 965m)

     

     

     

     

     

     zygène de l'orobe (zygaena osterodensis)

     

    Les fleurs sont rares, il faut faire la queue

    pour passer à table.

     

     

     

     zygène de l'orobe (zygaena osterodensis)

     

     

     

     

    Il existe près de 800 espèces de zygènes dans le monde, dont 60 en Europe et 35 en France. (Wikipédia)

     

     

     zygène de l'orobe (zygaena osterodensis) La trompe :
    La trompe, qui est la langue des papillons, est un tube creux composé de deux gouttières situées autour d'un tube central. Lorsqu'elle ne sert pas, l'insecte l'enroule dans une structure protectrice située sous sa tête. Les mâles se servent de leur trompe pour absorber les sels minéraux qui leur sont indispensable pour produire les phéromones nécessaires aux parades nuptiales et aux accouplements. La trompe permet bien sûr aussi, à mâles et femelles, d'aspirer le nectar des fleurs qui contient fructose, glucose, protéines, vitamines et autres substances énergétiques indispensables pour voler. La taille de la trompe des papillons est très variable ; elle dépend des fleurs dans lesquelles le papillon puise sa nourriture, et peut atteindre une longueur considérable. Ainsi, certaines espèces de sphinx ont une trompe qui mesure plus de 30 cm !

     

     zygène de l'orobe (zygaena osterodensis) Les yeux :
    Les papillons ont des yeux à facettes. Ils sont composés de milliers de petits yeux appelés ommatidies, d'où le nom d'yeux composés. Chaque ommatidie a son nerf optique et son cristallin. La disposition des ommatidies sur l'oeil a facettes, qui est bombé, est telle que chacune regarde dans une direction légèrement différente, ce qui permet à l'insecte de percevoir le moindre mouvement autour de lui. En cas de mouvement près du papillon, seules quelques ommatidies seront stimulées. Malgré les milliers d'ommatidies qui leur permettent d'avoir une vision très complète, ils ne peuvent détecter des mouvements lents et ont une vue très peu précise. (Référence)

    Matériel utilisé:


    Canon EOS 7D + Canon EF 100mm f/2.8L macro IS USM + Flash Sigma EM-140 DG

    Canon EOS 7D + Canon MP-E 65mm f/2.8 Macro 1-5x + Flash Canon  MT-24EX

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    21 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires